• Quand ton corps te lâche...

    Hier, quand je vous ai écrit, j'avais la pêche. Quand je suis allée nager, j'avais la pêche. J'ai nagé un peu, un peu en papillon, même si je sais que souvent, je ne tiens pas l'heure d'entraînement. Mais bon, c'est quand même ma spé. Au bout d'un quart d'heure, plus de coude. Décidemment ça vient de plus en plus tôt. Fait chier, si je peux plus m'entraîner, ça sert à rien que je vienne. Tant pis, je vais forcer un peu. Ca fait un an que je la ménage, cette tendinite, et ça va pas mieux, alors...

    Alors cinquante pap à fond. Enfin, projet de cinquante pap, parce que en fait arrêt au bout de quinze. Chier. J'ai l'impression que je guérirais pas. Jeune encore, mais pourtant confrontée à mes limites physiques. C'est pas juste, juste au moment où j'avais le moral.

    Et je me suis mise à pleurer, sans autre raison apparente qu'un tendon à la con. Je me complaisait dans mon petit malheur, ne sachant trop pourquoi. Peut-être parce que confrontée à ma propre déchéance, et donc ma mort.

    Mais je me demande quand même si je suis pas un peu maniaco-dépressive, parce que ça m'arrive souvent, euphorique puis désespérée, comme ça, d'un moment à l'autre. Enfin ça me gêne pas, j'ai pas envie de me suicider et j'en aurais jamais envie, et puis tout ça, ça met un peu de piment à ma morne existence...


  • Commentaires

    1
    Mercredi 6 Avril 2005 à 21:51
    un bon remontant
    Jeanne la pucelle, va vite voir "crustacés et coquillages" (film français actuellement au Méliès) pour te remonter le moral. Je viens de le voir et c'est d'enfer !! (j'ai beaucoup rigolé) Va voir mon blog, y'a un article dessus.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :